News for Algeria

Proliferation of GSM masts: Is there a danger to health?
Algeria Created: 2 Feb 2006
Proliferation of GSM masts

Is there a danger to health?

Masts for GSM or the BTS sprouts a little everywhere on the roofs of the buildings and the individual dwellings of the capital.

It's to ensure a better possible cover of the mobile networks of telephony. According to figures' provided by the communication Autority of regulation of the post office and telecommunications (ARPT), the three brought together operators installed, at December 31, 2005, 6189 BTS through the own territory.

Wataniya Telecom Algeria installed 1163 relays GSM while OTA in established 3086. Mobilis, as for him, laid out, at the end of the month preceding, 1940 BTS through lensemble of the own territory, a figure re-examined with the rise puisquil reached, in l espace dun month, 2050 relays GSM, inc
including more than 300 for Algiers, according to the information provided by executives of the subsidiary company dAlgery Telecom. T
the massive presence of these antenna-relays does not miss dinquiéter the residents. Professors of the CEM the Victoire, located in Bab Djedid, thus complained about repetitive headaches and this, since the installation dune antenna-relay GSM (or BTS) above létablissement. In spite of larticle 5 of larrêté of wilaya n° 733 of 8 May 2005 prohibiting any dantenne-relay installation on the school establishments and in spite of a note transmitted, in 2001, with the directors of leducation of wilaya, exhortant them with sopposer, by measurement of precaution, with linstallation déquipements of transmission above the colleges and the CEM, this law na apparently not respected. Lon raises the question consequently if this nuisance is really generated by the installation of these relays or sagit it dune other causes? The professors of this school establishment are not the only ones to complain about migraines. The inhabitants dun real, located at lavenue Victor Hugo, in full center dAlger, on which an operator installed an antenna BTS felt faintnesses. Idem for the residents of this building located at Garidi I, Kouba, and whose their building supports more than four antenna-relays GSM. In addition to the migraines, to the occupants face another problem: that which these electronics components as for letancheity of their building represent. If the cisterns deau are not tolerated on the roofs like that was the case for inhabitants of Anasser, because of the weight on letancheity, for which reasons the antenna-relays can't they, they also to constitute a real danger with the inhabitants dun? "We navons any right on antenna-relays GSM installed on the few buildings which we manage", attests a source of lOPGI of Hussein Dey Of the inhabitants dun district in Hussein Dey were raised following linstallation dune antenna-relay GSM near their dwelling. The owner dune villa, without informing them, would have authorized a mobile operator of telephony to install his BTS. "We fear for our health and that of our children", attests the residents. In Aïn Naâdja, the patients dune clinical are confronted with the nuisances related to linstallation dune antenna-relay on a distance of five meters of this hospital! Even the castles deau nont not escaped with "temptations" of the telephone operators consequently quils represent a place idoine. Are the committee of district and the real collective of the inhabitants dun associated the decision dinstaller a antenna-relay or, quite simply, are put in front of the accomplished fact? Relays and our health Why ny doesn't it have a law which regulates the BTS installed near the school establishments, of the hospitals and the houses of the old people like that was made in France (with less than 100 m) or in Sweden (with less than 2000 m)? Does N have there T-it not, in Algeria, an organization in charge of the environmental medical safety which could take care of the file health and mobile with linstar of lAFSE in France? As many questions which remain unanswered in labsence dun interlocutor to the level of the wilaya. The persons in charge for the service of the regulation of Drag whom we contacted, on several occasions, are "in working session" or "did not return yet", one retorted us. Officially, and if lon believes the international regulations of them, it ny would not have a danger to live near the antenna-relays. The opinions of the scientific experts are convergent: the levels of power of the antennas of mobile telephony are too low to present a risk on the health of the people living in their vicinity. Last study in date, that of the researchers of luniversity of Leeds, in Great Britain, published since a few days. This study, which concerned 966 British, whose lâge varies between 18 and 69 years, serving regularly dun portable telephone and having suffered between 2000 and 2004 dun gliome, the shape of relatively frequent cerebral tumour at lhomme, concluded quil ny has any relation between lutilisation of the portable telephone and lapparition of cerebral tumours "It ny has any specific risk compared to the average duration, the frequency of the calls passed, lâge of lusager and numbers it dannées dusage", concluded this study "Forgery! ", rétorquent dautres scientific often close to the associations opposed to the relay stations. These antennas could involve lesions much more serious: epilepsy, disease dAlzeimer, and even of cancers. These scientists denounce lapport financial operators with these studies blaming consequently their independence. Parabolic ugliness on our roofs In another chapter, the anarchistic proliferation of these antennas and relay made ugly the external landscape dune capital already disfigured considerably by the urbanistic aggressions. It goes without saying that vis-a-vis the mediocrity programs of our single chain of national television, the Algerian televiewers quickly made be directed towards foreign programs. Cest as well as French, public and private chains as those of the Arab countries came to be grafted in the Algerian audio-visual landscape. Films, documentary, emissions of entertainment and competitions sporting, bitten of Algiers cathode ray tube discovered the advantages of the satellite reception. The numerical demodulators, after those analogical, made their appearance in the media landscape. Lintroduction on the national market of Asian electronic products "assembled" with Bordj Bou Arréridj made the remainder. That it is in El Hamiz or elsewhere, the "demonstrations flashés" are past like rolls. Of different size, limplantation of the parabolic plates on the balconies, the roofs and even the walls of frontage of the dwellings considerably made ugly the landscape external of the capital. It ny does not have only one building which is not infected by the phenomenon of the parabola. Households have even two even three plates of parabola, lune reserved for the Western programs, another with the Arab chains, namely El Jazeera or El Arabiya. Except that in the capital like elsewhere, no regulation nor law nest come to put a term at this indescribable anarchy as if the authorities lowered the arms in front of such a bear garden.

Nadir Kerri
Click here to view the source article.
Source: S: Nadir Kerri

Prolifération d’antennes-relais GSM: Y a-t-il un danger pour la santé ?
Algeria Created: 2 Feb 2006
Prolifération d’antennes-relais GSM

Y a-t-il un danger pour la santé ?

Les antennes-relais GSM ou les BTS fleurissent un peu
partout sur les toits des immeubles et des habitations individuelles de la capitale. C’est pour assurer une meilleure couverture possible des réseaux de téléphonie mobiles. Selon les chiffres fournis par la cellule de communication de l’Autorité de régulation de la poste et des télécommunications (ARPT), les trois opérateurs réunis ont installé, au 31 décembre 2005, 6189 BTS à travers le territoire national.

Wataniya Telecom Algérie a installé 1163 relais GSM tandis que OTA en a implanté 3086. Mobilis a, quant à lui, disposé, à la fin du mois précédant, 1940 BTS à
travers l’ensemble du territoire national, un chiffre revu à la hausse puisqu’il a atteint, en l’espace d’un mois, 2050 relais GSM, dont plus de 300 pour Alger,
selon des informations fournies par des cadres de la filiale d’Algérie Telecom. La présence massive de ces antennes-relais ne manque pas d’inquiéter les riverains. Des professeurs du CEM La Victoire, sis à Bab Djedid, se sont ainsi plaints de maux de tête répétitifs et ce, depuis la mise en place d’une antenne-relais GSM (ou BTS) au-dessus de l’établissement. En dépit de l’article 5 de l’arrêté de wilaya n° 733 du 8 mai 2005 interdisant toute installation d’antenne-relais sur les établissements scolaires et malgré une note transmise, en 2001, aux directeurs de l’éducation de wilaya, les exhortant à s’opposer, par mesure de précaution, à l’installation d’équipements de transmission au-dessus des lycées et des CEM, cette loi n’a apparemment pas été respectée. L’on se pose dès lors la question si ce désagrément est généré vraiment par la mise en place de ces relais ou s’agit-il d’une autre cause ? Les professeurs de cet établissement scolaire ne sont pas les seuls à se plaindre de migraines. Les habitants d’un immeuble, situé à l’avenue Victor Hugo, en plein centre d’Alger, sur lequel un opérateur a installé une antenne BTS ont ressenti des malaises. Idem pour les résidants de cet immeuble situé à Garidi I, à Kouba, et dont leur bâtiment supporte plus de quatre antennes-relais GSM. En plus des migraines, les occupants font face à un autre problème : celui que représentent ces équipements électroniques quant à l’étanchéité de leur immeuble. Si les citernes d’eau ne sont pas tolérées sur les toits comme cela a été le cas pour des habitants des Anasser, à cause du poids sur l’étanchéité, pour quelles raisons les antennes-relais ne peuvent-elles pas, elles aussi constituer un danger aux habitants d’un immeuble ? « Nous n’avons aucun droit sur les antennes-relais GSM installées sur les quelques bâtiments que nous gérons », atteste une source de l’OPGI de Hussein Dey. Des habitants d’un quartier à Hussein Dey se sont soulevés suite à l’installation d’une antenne-relais GSM à proximité de leur habitation. Le propriétaire d’une villa, sans les avertir, aurait autorisé un opérateur de téléphonie mobile à installer son BTS. « Nous craignons pour notre santé et celle de nos enfants », attestent les résidants. A Aïn Naâdja, les patients d’une clinique sont confrontés aux désagréments liés à l’installation d’une antenne-relais à une distance de cinq mètres de cet établissement hospitalier ! Même les châteaux d’eau n’ont pas échappé aux « tentations » des opérateurs téléphoniques dès lors qu’ils représentent un endroit idoine. Le comité de quartier et le collectif des habitants d’un immeuble sont-ils associés à la décision d’installer une antenne-relais ou, tout simplement, sont-ils mis devant le fait accompli ?

Les relais et notre santé
Pourquoi n’y a-t-il pas une loi qui réglemente les BTS installées à proximité des établissements scolaires, des hôpitaux et des maisons des personnes âgées comme cela a été fait en France (à moins de 100 m) ou en Suède (à moins de 2000 m) ? N y a t-il pas, en Algérie, un organisme chargé de la sécurité sanitaire environnementale qui pourrait se charger du dossier santé et mobile à l’instar de l’AFSE en France ? Autant de questions qui restent sans réponse en l’absence d’un interlocuteur au niveau de la wilaya. Les responsables du service de la réglementation de la Drag que nous avons contactés, à plusieurs reprises, sont « en séance de travail » ou bien « ne sont pas encore rentrés », nous a-t-on répliqué. Officiellement, et si l’on en croit les réglementations internationales, il n’y aurait pas de danger à vivre à proximité des antennes-relais. Les avis des experts scientifiques sont convergents : les niveaux de puissance des antennes de téléphonie mobile sont trop faibles pour présenter un risque sur la santé des personnes vivant dans leur voisinage. Dernière étude en date, celle des chercheurs de l’université de Leeds, en Grande-Bretagne, publiée depuis quelques jours. Cette étude, qui a concerné 966 Britanniques, dont l’âge varie entre 18 et 69 ans, se servant régulièrement d’un téléphone portable et ayant souffert entre 2000 et 2004 d’un gliome, une forme de tumeur cérébrale relativement fréquente chez l’homme, a conclu qu’il n’y a aucune relation entre l’utilisation du téléphone portable et l’apparition de tumeurs cérébrales. « Il n’y a aucun risque spécifique par rapport à la durée moyenne, la fréquence des appels passés, l’âge de l’usager et le nombre d’années d’usage », a conclu cette étude. « Faux ! », rétorquent d’autres scientifiques souvent proches des associations opposées aux stations relais. Ces antennes pourraient entraîner des lésions beaucoup plus graves : épilepsie, maladie d’Alzeimer, voire même des cancers. Ces scientifiques dénoncent l’apport financier des opérateurs à ces études mettant en cause par là même leur indépendance.

Laideur parabolique sur nos toits
Dans un autre chapitre, la prolifération anarchique de ces antennes et relais a considérablement enlaidi le paysage extérieur d’une capitale déjà défigurée par
les agressions urbanistiques. Il va sans dire que face à la médiocrité des programmes de notre unique chaîne de télévision nationale, les téléspectateurs algériens
ont vite fait de se braquer vers des programmes étrangers. C’est ainsi que des chaînes françaises, publiques et privées ainsi que celles des pays arabes
sont venues se greffer dans le paysage audiovisuel algérien. Films, documentaires, émissions de divertissement et compétitions sportives, les mordus
du tube cathodique algérois ont découvert les avantages de la réception satellitaire. Les démodulateurs numériques, après ceux analogiques, ont
fait leur apparition dans le paysage médiatique.
L’introduction sur le marché national de produits électroniques asiatiques « montés » à Bordj Bou Arréridj a fait le reste. Que ce soit à El Hamiz ou
ailleurs, les « démos flashés » sont écoulés comme des petits pains. De dimension différente, l’implantation des assiettes paraboliques sur les balcons, les toits
et même les murs de façade des habitations ont considérablement enlaidi le paysage extérieur de la capitale. Il n’y a pas un seul immeuble qui ne soit
pas infecté par le phénomène de la parabole. Des ménages possèdent même deux voire trois assiettes de parabole, l’une réservée aux programmes occidentaux,
une autre aux chaînes arabes, à savoir El Jazeera ou El Arabiya. Sauf que dans la capitale comme ailleurs, aucune réglementation ni loi n’est venue mettre un
terme à cette anarchie indescriptible comme si les pouvoirs publics ont baissé les bras devant une telle pétaudière.
Edition du 29 janvier 2006
Nadir Kerri
Click here to view the source article.
Source: (S) Nadir Kerri

 News item: