News for France

«First  ‹Previous   Page 21 of 22   Next›  Last» 

Journée de démonstration de protestation contre les antennes relais et la Téléphonie Mobile en Allemagne.
France Created: 5 May 2006
Samedi 24 Juin 2006
Journée de démonstration de protestation contre les antennes relais et la Téléphonie Mobile en Allemagne.
Pourquoi ne pas en faire tous ensemble une affaire internationale ?

Tous ceux qui veulent que la loi change pour le respect de la sécurité de la santé humaine près des installations des sites d’antennes relais de téléphonie mobile et le réseau Allemand ˝Risko Mobilfunk˝ vous invitent à manifester votre opposition en Allemagne ou dans votre pays.

Pourquoi est-il nécessaire d’en faire une affaire internationale ?
Nous avons tous le même problème n’importe où que nous vivions et ce problème est connu :
Ce sont les irradiations par les rayonnements micro-ondes pulsées de la téléphonie mobile.

Les manifestations de protestations où nous habitons sont fixées le Samedi 24 Juin 2006.

Ceux qui comprennent l'Allemand peuvent lire les détails sur le site des réseaux : www.netzwerk-risiko-mobilfunk.de

"Risiko mobilfunk " avec des centaines de groupes associatifs de ses réseaux locaux s’est engagé dans une modification de la réglementation concernant les emplacements et les normes d’irradiations des antennes relais de téléphonie mobile.

Si la date du 24 juin (pour diverses raisons, vacances, etc...) n'est pas appropriée à cette proposition de manifestations, elle pourrait avoir lieu quelques jours avant, ou après le 24 juin. Mais, si chacun conserve ce même jour cela pourrait être une occasion unique de soulever la conscience générale sur les risques sanitaires des antennes relais de téléphonie mobile et aussi des téléphones mobiles.
Pas simplement en Allemagne, mais DANS LE MONDE ENTIER !

Pour atteindre ce but, "Risiko Mobilfunk" invite tous les groupes associatifs, collectifs et particuliers qui sont intéressés pour participer et s’associer à ce projet de protestation.

La méthode de protestation, le lieu, l’heure et la forme sont laissés à l’appréciation des différents groupes associatifs, et organisateurs, ce sont à eux de décider.

"Risiko Mobilfunk" à quelques idées quant à la façon dont comment et où les protestations pourraient être effectuées :

- un stand aux marchés locaux, où les informations seront distribuées aux personnes.
- des extériorisations d’affichage sur les barrières des jardins, aux fenêtres, sur les rambardes de balcons, etc …
- en distribuant des tracts dans les rues, en les mettant dans les cafés, etc . . .
- en écrivant des communiqués et en organisant de conférences de presse locale.
- en organisant des réunions avec les Maires, les élus, les médecins généralistes, et d'autres personnes.
- en organisant une projection par rétroprojecteur de films ou reportages disponible sur internet.
- en faisant des mesures dans les résidences de particuliers qui vivent près d’un site d’antenne relais de téléphonie.
- en faisant remplir des questionnaires de santé disponibles sur internet..
- une idée . . . peut- être donner des ballons pour les lâcher sur les marchés etc . . . avec des étiquettes d'informations appropriées. Des ballons qui sont imprimés avec le logo ˝Risiko Mobilfunk!" peuvent être commandé par E-mail à : mobilfunk.rv@web.de Le prix de 250 Pièces est de 35 Euro + l’affranchissement pour l’étranger. Ce prix de ballon incluant le ballon, l’étiquette, et la ficelle. Le gaz n'est pas inclus et doit être acheté localement. Pour cette commande de ballons avec un texte spécifique additionnel : La date limite est avant le 15 mai, afin d’imprimer et d’expédier avant les manifestations.

TOUTES les manifestations et démonstrations devraient être annoncées autant que possible pour avertir les gens.

Si vous voulez vous associer à cette protestation internationale, et afin d’avoir une vue d’ensemble des manifestations " Risiko mobilfunk" demande à tous les participants d’envoyer une message très court de descriptions sur l’ensemble des actions envisagées (si possible en anglais ou allemand) :
E-mail : groschupp@mobilfunk-buergerforum.de Ou fax : +49 12120 248 703

" Risiko mobilfunk" espère et a espoir que cette journée sera une réussite pour nous tous, avec une grande démonstration de participation et qu’un maximum de personnes seront touchées.

Cordialement à tous.
Le réseau " Risiko mobilfunk "

Jürgen Groschupp, Michael Martin, Angelika Gremlich-Doblies, Dr. Klaus Dold, Wolfgang Blüher (MF-Netzwerk Baden-Württemberg), Erich Ammann, Renate Marek, Dr. Claus Scheingraber, Joachim Weise, Werner Funk (Bayern), Prof. Dr. Karl Richter (Bündnis der MF Initiativen des Saarlands), Friedrich Spiegel (RLP), Klaus Böckner (MF Landesverband Hessen), Bernd Schreiner (MF Landesverband Thüringen), Dr. Stefan Spaarmann (Sachsen), Evelyn Brämer, Oliver Wendenkampf (Sachsen-Anhalt), Gerrit Krause (NRW), Barbara Schneider (Bremen), Karin Wiese, Eva Bahia (Hamburg), Martin Scheibert, Andreas Meyer, Georg Hehemann, Helmut Breunig (Niedersachsen), Knut Schlanert (Berlin, Brandenburg), Lebrecht von Klitzing, Susanne Günther (Schleswig-Holstein, Mecklenburg-Vorpommern)

Sacher qu'il est aussi prévu le 10 Juin 2006 des grandes manifestations dans le sud de la France et notamment à Marseille sur la Canebière, il y aura des milliers de personnes.
Nous allons faire une édition spéciale sur le programme de cette grande journée.

En ce qui concerne le 26 Juin 2006, nous allons réaliser une première démonstration publique de la visualisation des Champs ElectroMagnétiques (CEM = EMF) des téléphones mobiles.
En mettant des lunettes spéciales vidéo sur la tête de gens, ils pourront voir directement devant leurs yeux dans deux écrans vidéo le graphe interactif de l'irradiation de leurs téléphones mobiles en fonctinnement ceci grâce à un ordinateur en connexion par fibre optique à une sonde isotropique de mesures reliée a leurs téléphones portables personnels.
Les utilisateurs pourront même marcher un peu pour voir exactement les doses exactes que leurs cerveaux reçoivent en irradiations hyperfréquences micro-ondes pulsées de leur téléphones portables en se déplacent.

Next-up.org

Cordialement
Marie Pierre

Translation from English by: Next-up organization France. Marie Pierre
Click here to view the source article.
Source: Marie Pierre Next-Up.org France

Air France says 'oui' to in-flight text messaging
France Created: 11 Apr 2006
Welcome to the mile-high-migrane club.

Air France is to allow passengers to use their mobile phones once airborne on certain flights, though only for text messaging and data applications, the airline announced last week - voice calls will be interdit for the time being.
The service will kick off in March 2007, three months after Air France takes possession of a new Airbus A318 aircraft. No surprises then to hear that the aeroplanes use the OnAir cellular system, which has Airbus's backing.

Air France will operate the on-board cell and the data connection that links it to the ground until September 2007. During the trial period, it will collect passengers' views on the service to decide whether to roll it out more broadly, whether to allow voice calls, and to figure out how much the commercial service will cost.
As yet, it hasn't decided how much trial participants will pay for texts and downloads. However, it said the first route to fly with the new technology on board will run between Europe and North Africa.
Click here to view the source article.
Source: The Register, Tony Smith, 10 apr. 2006

Orange kicks off HSDPA trial in France
France Created: 6 Apr 2006
Orange France has become the latest mobile outfit to trial a high-speed mobile network service based on HSDPA (High Speed Downlink Packet Access) technology.
Around 150 business users in Lyon, France's second largest city, are trialling the service which is providing mobile broadband at speeds of up to 1.8 meg - four times faster than is currently available.
Those punters taking part in the pilot are checking out whether the service really does provide high-speed mobile access capable of supporting services such as high-quality live TV, video on demand and MP3 streaming.

If successful, Orange France expects to launch the service commercially in the second half of 2006.

Last week Vodafone announced plans to trial its souped-up 3G service next month in the UK ahead of a commercial launch of the service later this year.

The HSDPA service has already been tested in Newbury, but now the mobile giant plans to enlist the help of 100 firms in central London to put the service through its paces. If successful, Vodafone plans to begin rolling out the HSDPA service from the summer with punters within the M25 first to get their hands on the mobile broadband service. Other major UK towns and cities should be wired up by the end of the year.
Click here to view the source article.
Source: By Tim Richardson

Actue: Antennes relais: danger ou innocuité? (French)
France Created: 6 Apr 2006
La question de la dangerosité des antennes relais de téléphonie mobile a fait l'objet d'un vaste débat devant le tribunal correctionnel de Paris à l'occasion
de la comparution d'un militant de l'association Robin des toits poursuivi en diffamation par Orange et SFR.
Etienne Cendrier, porte-parole de cette association qui lutte contre l'implantation abusive des antennes relais, a mis en cause les rapports évoquant
l'innocuité des antennes relais, toujours rédigés par «le même noyau d'experts», financés en partie par les opérateurs.

M.Le Ruze, un expert spécialisé dans les effets des ondes électromagnétiques, a déploré que «tous les travaux qui ne vont pas dans le sens d'une innocuité
des expositions soient purement et simplement jetés à la poubelle». « On élimine systématiquement les chercheurs qui sont dans une problématique de santé»,
a-t-il précisé.
«Est-ce qu'on peut donner raison à un lanceur d'alerte face à différentes institutions telles que l'OMS qui disent qu'il n'y a pas de risque?» l'a alors interrogé
l'avocat de SFR.
«Je vous renvoie à l'exemple de l'amiante», a répondu le témoin.
Source: S: La Voix du Nord. Mercredi 15 mars 2006

Mast for mobile : dangerous or harmless ? (English)
France Created: 6 Apr 2006
The question of the danger of the masts for mobile was the subject of a vast debate in front of the correctional court of Paris
During the appearance of a militant of Robin of the Roofs for slandering by Orange and SFR.
Etienne Cendrier, spokesman of this association which fights against the abusive establishment of the masts, blamed the reports evoking the harmlessness
of the masts, always written by "the same core of experts", financed partly by the operators.

Mr Le Ruze, an expert specialized in the effects of the electromagnetic waves, deplored that "all the work which does not go in the direction of a harmlessness
to the exposures is purely and simply thrown to the bin". "They systematically eliminate the researchers
who are concerned by the health problems", he added.
"Is it possibile to give reason to a whistleblower against various institutions such as the WHO which say that there is no risk ?" questioned the lawyer of SFR.

"I return you to the example of asbestos", answered the witness.
Source: S: (Newspaper) la Voix du Nord Wednesday March 15th 2006

Mobile Masts debate: Not on the same wavelength
France Created: 26 Mar 2006
The debate about the dangers of the mobile telephone masts is not new. On one side, the operators tell us that there is no proof of any danger by the electromagnetic fields produced by these masts.
On the other, citizens increasingly testify to health problems that they blame, wrongly or rightly, on these establishments.
Between the two, the authorities, which clearly seem to have chosen to support the operators, by granting money to perfect the national cover.
In this context, it proves to be interesting to consider all the tracks.

But this is being challenged by Jean Uguen, of Pleyber-Christ and Alexandre Rusanov, geobiologist of Prosantel association.
To explain a phenomena which appear irrational to us, the two men, in the light of their own experiments and research undertaken by Russian scientists,
have put forward a thesis supporting the thory that electromagnetic waves are indeed able to become harmful an cause harmful effects which it is easy, according to them, to neutralize.

These thesis are considered to be whimsical bussing, without any scientific base by their oponents.
But this feeling is not shared by the many farmers who have had theor breeding programmes disturbed, and who are quietly following the discussions of both camps.
Source: S:


Antennes-relais : pas sur la même longueur d'ondes
France Created: 26 Mar 2006
Le débat encore trop verrouillé autour des dangers des antennes-relais de téléphonie mobile n'est pas nouveau.
D'un côté, les opérateurs qui nous disent qu'il n'existe aucune preuve de la dangerosité des champs électromagnétiques produits par ces antennes.
De l'autre, des citoyens toujours plus nombreux qui témoignent de problèmes de santé qu'ils imputent, à tort ou à raison, à ces implantations.
Entre les deux, les pouvoirs publics, qui semblent avoir clairement opté pour un soutien aux opérateurs, en leur accordant de l'argent pour parfaire la couverture nationale. Dans ce contexte, il s'avère intéressant de considérer toutes les pistes. Celle développée par Jean Uguen, de Pleyber-Christ et Alexandre Rusanov, géobiologue de l'association Prosantel, interpelle. Pour expliquer des phénomènes qui nous apparaissent irrationnels, les deux hommes, sur la foi de leurs expériences de terrain et de recherches menées par des scientifiques russes, mettent en avant des failles telluriques favorisant la propagation d'ondes électromagnétiques pouvant devenir nocives. Des nuisances qu'il est aisé, selon eux, de neutraliser. Ces thèses sont jugées fantaisistes car dénuées de toute assise scientifique par leurs détracteurs. Tel n'est pas le sentiment de dizaines d'agriculteurs dont les élevages, perturbés, ont retrouvé leur quiétude à la suite de l'intervention des deux passionnés de radiesthésie.
Source: S: Jean Philippe Quignon. Le Télégramme

An organization denounces the attacks to freedom to inform.
France Created: 11 Mar 2006
Environment. An organization denounces the attacks to freedom to inform.

"whistleblowers" ring the bell


Friday March 10th 2006
Next Tuesday, Etienne Cendrier, (corrected text : spokesman of Robin des Toits) who has been fighting against the excesses of mobile phone industry, will go to justice before the correctional court of Paris, for slandering by two telcos (added : in France we have 3 main operators, with the 1st operator it was in 2005) : Orange and SFR. In an article in November 2003, in le Journal du dimanche (JDD), he had mentioned the health risks to the exposure of the masts (subject for which there is no scientific consensus) and denounced the practices of the operators. Yesterday, a group of scientists, lawyers, elected persons and organizations, who signed a petition to support Etienne Cendrier (1), denounced this "offensive of the operators against the whistleblower". The journalist of the JDD which reported the remarks of Cendrier, is pursued for complicity of slandering.

The whistleblowers, are these men and women, often searchers, who, on a purely individual or collective basis, estimate to have to alert the society on the potential risks on health and environment of new technologies, new drugs or chemicals... With the risk to alienate the industrial lobbies.

In the USA or in England, they are called whistleblowers (Newpaper Liberation of March 6th), and they are protected by specific laws.
In France, they rather constrained to silence... are sometimes transfered from their company. Or prosecuted. To protect them, a bill was proposed in November by the senator PS Claude Saunier. Targeted on the field of health and the environment, it excludes, contrary to what occurs in the United States, the denunciation of fraudulent professional practices. "Without the whistleblowers, without the press which is the echo of the debates and the actions, the scandals of the misinformation at the time of Tchernobyl, those of asbestos, glycol ethers, dioxine, the MGO, would have passed unperceived", estimate the signatories of the petition.

Among them, we precisely finds several "whistelblowers". Like Andre Cicolella, researcher in environmental health, responsible health of the Greens and founder of Sciences citoyennes. He himself was transfered for serious fault of the national Institute of research and safety (INRS) in 1994 when he wanted to denounce the harmfulness of glycol ethers, products suspected of causing cancers, sterility and malformations, now prohibited.

And also Michele Rivasi, who founded the Commission of research and independent information on the radioactivity (Criirad). "In 1986, the French authorities had affirmed that the cloud of Tchernobyl had stopped at our borders. We created Criirad to know the truth, to make contradictory measurements... But 20 years were necessary so that, in 2005, experts denounced officially the lies of the State ", she recalled it yesterday. Another signatory: Corinne Lepage, president of the Committee of research and independent information on the genetic engineering. "They continue with the principle of precaution, but they continue, while sheltering behind the industrial secrecy, those which raise the good questions about the GMO, the nuclear power, the masts". The signatories of the petition ask for the release of Etienne Cendrier.

(1) http://www.soutienauxlanceursdalerte.com

+++++
Environnement. Un collectif dénonce les atteintes à la liberté d'informer. Des «lanceurs d'alerte» sonnent l'alarme

par Eliane PATRIARCA
QUOTIDIEN : vendredi 10 mars 2006

Mardi, Etienne Cendrier, coordonnateur de l'association de lutte contre les excès de la téléphonie mobile Priartem, comparaîtra devant le tribunal correctionnel de Paris, poursuivi en diffamation par deux opérateurs : Orange et SFR. Dans un article de novembre 2003, dans le Journal du dimanche (JDD), il évoquait les risques pour la santé de l'exposition aux antennes-relais (sujet sur lequel il n'y a pas de consensus scientifique) et dénonçait les pratiques des opérateurs. Hier, un collectif de scientifiques, d'avocats, d'élus et d'associations, signataires d'une pétition de soutien à Etienne Cendrier (1), a dénoncé cette «offensive des opérateurs de téléphonie contre les lanceurs d'alerte». Le journaliste du JDD qui a relaté les propos de Cendrier est, lui, poursuivi pour complicité de diffamation.

Les lanceurs d'alerte, ce sont ces hommes et ces femmes, souvent des chercheurs, qui, à titre individuel ou collectif, estiment devoir alerter la société sur les risques potentiels pour la santé et l'environnement de nouvelles technologies, nouveaux médicaments ou produits chimiques... Au risque de s'aliéner les lobbies industriels.

Aux Etats-Unis ou en Angleterre, on les appelle whistleblowers (Libération du 6 mars), et ils sont protégés par des lois spécifiques. En France, ils sont plutôt contraints au silence, «placardisés», parfois virés de leur entreprise. Ou encore poursuivis en justice. Pour les protéger, un projet de loi a été déposé en novembre par le sénateur PS Claude Saunier. Ciblé sur le champ de la santé et de l'environnement, il exclut, à l'inverse de ce qui se passe aux Etats-Unis, la dénonciation de pratiques professionnelles frauduleuses. «Sans les lanceurs d'alerte, sans la presse qui se fait l'écho des débats et des actions, les scandales de la désinformation au moment de Tchernobyl, ceux de l'amiante, des éthers de glycol, de la dioxine, des OGM, seraient passés inaperçus», estiment les signataires de la pétition.

Parmi eux, on trouve justement plusieurs «lanceurs d'alerte». Comme André Cicolella, chercheur en santé environnementale, responsable santé des Verts et fondateur de Sciences citoyennes. Lui-même a été viré pour faute grave de l'Institut national de recherche et de sécurité (INRS) en 1994 pour avoir voulu dénoncer la nocivité des éthers de glycol, des produits soupçonnés de provoquer cancers, stérilité et malformations, aujourd'hui interdits.

Et aussi Michèle Rivasi, fondatrice de la Commission de recherche et d'information indépendante sur la radioactivité (Criirad). «En 1986, les autorités françaises affirmaient que le nuage de Tchernobyl s'était arrêté à nos frontières. Nous avons créé la Criirad pour connaître la vérité, pour faire des mesures contradictoires... Mais il a fallu près de vingt ans pour que, en 2005, des experts dénoncent officiellement le mensonge de l'Etat», rappelait-elle hier. Autre signataire : Corinne Lepage, présidente du Comité de recherche et d'information indépendante sur le génie génétique. «On nous rebat les oreilles du principe de précaution, mais on poursuit, en s'abritant derrière le secret industriel, ceux qui posent les bonnes questions sur les OGM, le nucléaire, les antennes-relais», s'insurge-t-elle. Les signataires de la pétition demandent la relaxe d'Etienne Cendrier.

(1) http://www.soutienauxlanceursdalerte.com
Click here to view the source article.
Source: S: Eliane PATRIARCA

TELCO SPIN: l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) évoque l'hypersensibilité électromagnétique.
France Created: 22 Feb 2006
Dans un aide-mémoire paru récemment, l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) évoque l'hypersensibilité électromagnétique.

Cet aide-mémoire, publié début décembre, décrit l'état des connaissances sur l'hypersensibilité aux champs électromagnétiques et fournit des informations destinées à aider les personnes présentant des symptômes d'une hypersensibilité.

Comme l'écrit l'OMS : « La HSEM (hypersensibilité électromagnétique) est caractérisée par divers symptômes non spécifiques qui diffèrent d'un individu à l'autre. Ces symptômes ont une réalité certaine et peuvent être de gravité très variable. Quelle qu'en soit la cause, la HSEM peut être un problème handicapant pour l'individu touché. Il n'existe ni critères diagnostiques clairs pour ce problème sanitaire, ni base scientifique permettant de relier les symptômes de la HSEM à une exposition aux CEM (champs électromagnétiques). En outre, la HSEM ne constitue pas un diagnostic médical. Il n'est pas non plus évident qu'elle corresponde à un problème médical unique.»

Aussi, l'OMS recommande aux médecins : « Dans le cas des individus se plaignant de HSEM et présentant des symptômes durables et un handicap important, le traitement doit viser principalement la réduction des symptômes et des handicaps fonctionnels. Cette opération doit s'effectuer en collaboration étroite avec un médecin spécialiste qualifié et avec un hygiéniste ».
Click here to view the source article.
Source: S:

Rennes inaugure la Korrigo
France Created: 22 Feb 2006
Une carte à puce multi-transport pour toute l'agglomération.

Du même format qu'une carte bleue, la Korrigo va remplacer les cartes de bus et autres titres de transports en usage à Rennes et dans les communes voisines. Première particularité : la puce de cette carte contiendra des données nominatives. Ce qui, techniquement, permet de surveiller les allers et venues des usagers. Oui, mais ces informations ne seront stockées que pendant 48 heures, assure Rennes Métropole qui précise que la CNIL (Commission nationale informatique et libertés) a donné son accord.

La Korrigo pourra être rechargée pour le renouvellement d'un abonnement ou le simple achat de tickets. Les titulaires d'un abonnement vont recevoir leur carte par courrier. Les autres utilisateurs pourront s'en faire établir en passant dans les agences de la Star (société de transport rennaise) ou en se rendant sur son site internet. La vente de tickets à l'unité et en carnet est maintenue.

Korrigo fonctionne grâce à la technologie de la transmission par induction électromagnétique. La simple approche de la carte Korrigo à 5 cm de la borne remplaçant le composteur suffit pour échanger des informations. Coût du dispositif : environ 8 millions d'euros.

Fin 2006, la carte à puce permettra aussi de monter dans les TER (trains express régionaux). Fin 2007, Korigo sera étendu au réseau départemental des cars Illenoo.
Click here to view the source article.
Source: S: par JMP le 19/02/2006

«First  ‹Previous   Page 21 of 22   Next›  Last» 
 News item: