View case history...

C'était un inconfort permanent France
Contamination level: Severe illness! Forced to abandon a home.
Author: Jeanine Created: 21 Sep 2005 Updated: 21 Sep 2005 Viewed: 3052 time(s)
Les Minous n'oublieront jamais ce matin du 6 novembre 2000 à Boulouris, près de Saint-Raphaël : " J'ouvre mes volets et je vois en face de moi une armada d'antennes relais, dix au total.
This case file has 1 entry and no comments yet

J'ouvre mes volets et je vois en face de moi une armada antennes relais, dix au total. Created: 21 Sep 2005
Les Minous n'oublieront jamais ce matin du 6 novembre 2000 à Boulouris, près de Saint-Raphaël : " d'J'ouvre mes volets et je vois en face de moi une armada antennes relais, dix au total. On venait juste d'acheter notre appartement pour y passer une partie de l'année. L'horreur ! " raconte Jeanine. Au début, ce couple de retraités bretons ne pense qu'au
préjudice esthétique causé par les antennes, mais, au bout de deux mois, des troubles apparaissent. " Je me suis mis à me réveiller en sueur toutes les nuits, avec de la tachycardie. Le matin, j'avais une douleur qui partait de la nuque jusqu'au front. Au fil des jours, j'avais l'impression de perdre l'équilibre.
C'était un inconfort permanent ", explique Michel, ancien médecin.
Sa femme aussi se sent mal : " C'est comme si on m'avait mis du courant électrique dans la tête ", dit Jeanine. Cette année-là, les Minous restent cinq mois dans l'appartement de leur rêve, puis ils regagnent la Bretagne. Quelques semaines après leur retour, leurs symptômes ont disparu. Ils réitéreront l'expérience l'année suivante. Pareil. Désormais, ils ne vont plus
qu'à peine un mois par an à Boulouris.
No comments yet.   Click here to write a comment.